• Les communes d’Île-de-France passent au vert !

    Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) : de la pédagogie en direction des plus jeunes

    Dans la commune, l'accent a été mis sur la sensibilisation des plus jeunes. C'est le cas dans les cantines de certaines écoles primaires où une collecte sélective des déchets a été initiée. « Les enfants effectuent eux-mêmes ce tri, ce sont des premiers gestes importants pour eux », explique Patrice Cosson, adjoint au maire chargé de l'éducation. Un travail est mené pour développer des filières de valorisation des bio-déchets récoltés (notamment vers la biométhanisation).

    Même volonté pédagogique affichée dans le centre de loisirs des Galicourts. « Il a été éco-labellisé et offre aux enfants un contact direct avec la nature », poursuit l'élu. Au-delà, les lieux constituent un véritable laboratoire pour faire évoluer les pratiques de ses occupants, enfants comme animateurs, et limiter leur impact environnemental (sensibilisation aux ''éco-gestes'' : extinction des lumières en sortant des pièces, tri des déchets...).

    La commune a également donné une touche environnementale à sa gestion de l'eau : « L'eau utilisée pour les espaces verts et pour le lavage des voiries provient des eaux de source souterraines de la ville », explique Jean-Pierre Didrit, conseiller municipal délégué aux espaces verts et au traitement des déchets. Le recours à cette ressource gratuite évite les prélèvements sur le réseau d'eau potable. « Cela représente une dizaine de milliers de m3 par an », indique l'élu.

     

    Viry-Châtillon (Essonne) : des chèvres pour un entretien naturel des espaces verts

    Pour le maire de Viry-Châtillon, Jean-Marie Vilain, « tous les dossiers que nous traitons doivent être étudiés aujourd'hui sous l'angle du développement durable. Et nous nous rendons compte que nous pouvons, à notre échelle, lancer beaucoup d'initiatives. » En témoignent deux projets actuellement développées par la commune.

    Le premier est mené conjointement avec la Ville de Grigny. Il vise à mettre en place un système de chauffage par géothermie. La ressource : une eau à 71°C présente à plus de 1500 m sous terre. « Les foyers concernés par ce réseau bénéficieront d'une diminution de leur facture de chauffage et d'eau chaude de l'ordre de 30 % », précise le maire.

    Autre initiative : des chèvres ont fait leur apparition depuis quelques années dans les espaces verts communaux. Elles permettent un entretien naturel de ces zones, sans avoir recours à des engins motorisés.

     

    Limeil-Brévannes (Val-de-Marne) : du compost grâce aux déchets des cantines

    « A Limeil-Brévannes, nous avons la chance d'avoir une zone forestière qui couvre 20 % de la surface de la ville ». Aux yeux de la maire de la commune, Françoise Lecoufle, il s'agit là d'un espace précieux, à protéger. La collectivité incite donc les habitants à la préserver en donnant régulièrement des conseils pratiques en ce sens (à travers une « charte du promeneur » par exemple).

    La préservation des ressources naturelles est également au cœur des réflexions de la commune. « Nous travaillons actuellement pour améliorer la récupération des eaux de pluie, notamment par la mise en place de tuyaux de collecte », explique François Lecoufle. « Elles seront utilisées pour l'arrosage dans les jardins familiaux ainsi que dans les espaces verts de la Ville. »

    Des espaces verts qui reçoivent également un compost réalisé grâce aux écoles de la Ville : « Il est produit grâce aux déchets verts issus du tri fait dans les cantines », indique la maire de Limeil-Brévannes.

    Voisins-le-Bretonneux (Yvelines) : un écoquartier pour bâtir une ville plus verte

    Un écoquartier est en construction sur la commune. « C'est un vaste projet qui nous permet de nous poser beaucoup de questions liées au développement durable », explique la maire, Alexandra Rosetti. Quelle gestion des déchets ? Quel mode de chauffage dans la future crèche ? Autant de sujets qui sont analysés sous un angle environnemental.  « Nous réfléchissons ainsi à l'opportunité d'avoir recours à la géothermie. Concernant les transports, l'hypothèse de mettre en place un système de partage de voitures électriques est à l'étude. »

    Favorable pour l'environnement, de telles évolutions peuvent également représenter un « plus » économique pour les habitants. « En réduisant la consommation énergétique des bâtiment, on travaille également à la réduction de leurs factures », résume Alexandra Rosetti.

    C'est d'ailleurs dans ce but qu'ont été encouragés les diagnostics énergétiques des bâtiments, à l'échelle de la communauté d'agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines, dont fait partie Voisins-le-Bretonneux. « Nous avons mis en place avec l'Agence locale de l'énergie et du climat un guichet unique afin que toute personne souhaitant réaliser son diagnostic chez lui puisse bénéficier gratuitement d'une caméra thermique. Un accompagnement est également proposé pour la réalisation des travaux. »

    Suite à www.leparisien.fr

    D'évaluation de Système: C'est  vrai  , avec une incertitude de 50%

    L'évaluation personnalisée: C'est  vrai  , avec une incertitude de 50%

    Vous pouvez donner votre évaluation de nouvelles, afin de déterminer son degré d'authenticité.

    Ne crois
    Crois